AccueilActualités

Remplacer le quinquennat par un septennat non renouvelable

Remplacer le quinquennat par un septennat non renouvelable

Séance du jeudi 29 janvier

Mon intervention le 29 janvier lors du débat sur la proposition de loi du groupe RDSE qui propose de remplacer le quinquennat du Président de la République par un septennat non renouvelable.

Bien que membre du groupe UMP, je suis favorable à cette proposition de loi constitutionnelle.
Tous les orateurs exposent les limites du quinquennat actuel, lequel ne dure en réalité que deux ans : il faut en effet un an pour la mise en place du Président de la République et deux ans pour la préparation de sa réélection. En outre, les sondages qui, tout au long du quinquennat, publient régulièrement la cote de popularité du Président de la République compliquent encore la situation.

Le Président de la République, qu'il soit de droite ou de gauche, est aujourd'hui un monarque. C'est lui qui dirige la France.

Si l'on veut aller au bout du régime présidentiel, il faut alors supprimer le Premier ministre, réduire de façon drastique le nombre de membres du Gouvernement et inscrire ces dispositions dans la Constitution, puisque le pouvoir est concentré entre les mains d'un seul homme entouré de technocrates. Soyons logiques !
En outre – permettez-moi cette note d'humour –, le rétablissement du septennat permettrait sur le long terme une réduction du nombre de présidents de la République, et donc une diminution des frais liés aux anciens présidents ! (Mme Éliane Assassi et Laurence Cohen rient.).

Cette proposition de loi présente au moins le mérite de soulever le problème du quinquennat et de susciter la discussion. Quand nous discutons entre nous, nous sommes nombreux à considérer que le quinquennat a atteint ses limites. (Applaudissements sur les travées de l'UDI-UC et du RDSE.)